46 façons de mourir / -9

Back

 

-9 Tout à l’envers

C’est lui qui a fait le geste de trop. Oh, il n’avait pas l’intention de la frapper. Mais un geste d’énervement lui a échappé, une main qui se lève, un coude qui s’écarte. Elle n’attendait visiblement qu’une occasion de terminer avec fracas une dispute commencée avec enthousiasme et énergie, mais qui commençait à s’enliser dans des arguments émoussés, ressassés. Le geste était providentiel. Elle a reculé d’un pas, ses yeux jetant des éclairs noirs de colère et de mépris mêlés. Puis, jetant les épaules en arrière elle lui a craché : « Mais ça ne va pas !!! Frappe-moi, tant que tu y es !… » Et, en saisissant au passage son sac accroché au porte-manteaux, elle a quitté la pièce et la maison en lui lançant : « Tu es vraiment trop à l’envers ! Je ne veux plus de cela, ça suffit pour moi ! » Ses pas ont retenti dans l’escalier, puis un silence maussade est retombé après qu’elle aie eu claqué la porte sur les rumeurs de la rue.

Pendant dix longues minutes, il est resté les bras ballants, regardant la porte avec une incrédulité mêlée de crainte.

Sa fureur s’est apaisée pendant sa première heure de solitude, laissant insidieusement place à la peur. Il savait qu’elle était partie pour de bon. La connaissant, il comprenait que ses derniers mots étaient aussi définitifs qu’un arrêt de la cour suprême. « À l’envers… » C’est maintenant qu’il l’était vraiment. Il… Il allait falloir qu’il apprenne à vivre sans elle ! La nausée est montée, lui brûlant le fond de la gorge d’une bile amère. Seul ? Il s’est assis sur un tabouret, dans la cuisine, ses yeux fixant les traces d’usures du linoléum. Au rythme du tic-tac de l’horloge, la panique est montée, douce, régulière et inexorable. Comme une marée…

Il a soudain pris conscience que la nuit était tombée. « À l’envers… » Ces mots tournaient sans fin dans son esprit, mantra inquiétant dont il sentait à la fois le vrai et l’erreur. Oui, il était à l’envers. Mais maintenant, parce qu’elle l’abandonnait ! Comment allait-il donc pouvoir vivre ? Elle savait qu’en dépit des disputes et frictions qui survenaient sans cesse entre eux, il était amoureux fou d’elle, comme au premier instant. Comment pouvait-elle le condamner à une solitude pareille ? Comment osait-elle lui arracher cette partie de lui-même qu’elle était devenue ? « À l’envers… » Comment ne pas l’être quand on vous enlève vos poumons et votre cœur ? Comment respirer dans ces conditions ? Comment vivre ?

Il a attrapé son manteau et a quitté l’appartement, marchant sur les traces disparues de son couple, de sa femme, de sa vie. Sans savoir où il allait, il a arpenté d’un pas lent les ruelles du quartier, regardant sans les comprendre les panneaux publicitaires, attendant la lumière verte pour traverser les rues. Vert ? Rouge ? Les couleurs ont clignoté dans son esprit, stupides et insistantes. « Bah, quelle importance, puisque je suis à l’envers ! » s’est-il dit avec amertume, en tentant de se vider l’esprit. Il a repris son errance, se heurtant aux bornes d’incendie comme un fétu bousculé par le courant d’un ruisseau. « À l’envers… »

Levant les yeux vers le ciel noir, il a vu apparaître entre deux nuages un croissant de lune basculé sur son axe. Un premier quartier qui lui a fait l’impression de rouler vers le port, dans une chute au ralenti semblable à la sienne. Il n’avait jamais regardé le ciel avec attention, et se rendait compte qu’il ignorait si cette lune en « U » rempli de lait était normale ou non, rare ou commune. Une lune à l’envers. Il s’est arrêté au milieu d’une ruelle au pavé disjoint, et s’est mis à hurler sa douleur au ciel froid, les bras ballants le long du corps, un flot de larmes jaillissant de ses yeux. Au coin de la rue, un couple a pressé le pas après l’avoir regardé du coin de l’œil avec inquiétude.

La lune a poursuivi sa course et ses larmes se sont taries. Il a repris son errance. À deux reprises, une patrouille de police a ralenti en arrivant à sa hauteur, décidant finalement à chaque fois qu’il ne méritait pas un contrôle plus poussé. Si son esprit était retourné, son apparence faisait encore illusion. Le sang s’est mis à battre à ses oreilles, emplissant la rue d’un martèlement sourd. Les yeux vissés au pavé, il a marché en murmurant une suite sans fin de « à l’envers », enchaînés les uns aux autres comme une prière ou une malédiction.

Arrivé au croisement du boulevard Saint-Laurent, il a vu les feux blancs sans entendre de moteur. Ou a entendu les voitures dans une rue pourtant vide. Après le choc, son corps a roulé sur quelques mètres, s’immobilisant sur le dos, la tête à l’envers sur les épaules, grotesque mannequin brisé.

À l’envers…

Back